Attention et fonctions exécutives

Quatre épreuves pour une première évaluation de l’attention et des fonctions exécutives. Iannuzzi et al., 2019

Cet article fait partie d’un numéro spécial d’A.N.A.E. (https://www.anae-revue.com). Son intérêt n’est pas seulement la description des 4 épreuves du domaine attention et fonctions exécutives. La revue comporte aussi une brève mise au point de ces fonctions transversales de plus en plus évoquées dans le vocabulaire clinique. En particulier, les outils aujourd’hui disponibles pour l’évaluation …

Quatre épreuves pour une première évaluation de l’attention et des fonctions exécutives. Iannuzzi et al., 2019 Lire la suite »

Recommandation de bonne pratique de la HAS pour le TDA/H

En décembre 2014, la Haute Autorité de Santé (HAS)  a publié sa recommandation de bonne pratique pour les médecins concernant la conduite à tenir face à un enfant avec une suspicion de Trouble Déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité. Après avoir défini le trouble, ce guide présente les modalités de repérage du trouble, la …

Recommandation de bonne pratique de la HAS pour le TDA/H Lire la suite »

Les épreuves d’attention et fonctions exécutives de la BMT-i, 2019

Au sein de la BMT-i, quatre épreuves évaluent le domaine de l’attention et des fonctions exécutives : Attention contrôlée auditive, Attention soutenue visuelle, Tour de Paris et Empans. Le diaporama propose d’abord un rappel théorique concernant les fonctions attentionnelles et exécutives. Puis il présente chacune des épreuves de la BMT-i : sa conception, ce qu’elle …

Les épreuves d’attention et fonctions exécutives de la BMT-i, 2019 Lire la suite »

Le trouble déficitaire de l’attention, avec ou sans hyperactivité (TDA/H) : une approche pluridisciplinaire longitudinale croisée de 36 enfants, 2011

Le trouble déficitaire de l’attention (TDA/H) reste en France controversé entre l’approche neurobiologique et l’approche psychanalytique. En conséquence, la conduite thé- rapeutique n’est pas consensuelle, le méthylphénidate (MPH) est peu utilisé et il n’y a pas de référentiel sur la prise en charge psychothérapeutique. Une évaluation croisée pluridisci- plinaire (neuropédiatrique, psychiatrique, neuropsychologique et projective) a été proposée à 36enfants avec les critères DSMIV du TDA/H. Un traitement combinant MPH et psycho- thérapie d’orientation analytique a été proposé selon les résultats et 31des 36enfants ont été revus à 1 an.À un an, 11 enfants n’étaient pas traités par le MPH du fait d’un refus parental ou d’une situation psychopathologique par- ticulière. La psychothérapie, proposée à 28 enfants, n’a été effectuée que chez 19. Les scores attentionnels n’ont été améliorés que dans le groupe traité par le MPH et les scores d’anxiété dans le groupe non traité.

Défiler vers le haut