Quelques mots pour se comprendre

Les troubles des apprentissages et des fonctions cognitives

Par apprentissages, on désigne l’acquisition nécessitant une pédagogie. Cela concerne la lecture, l’écriture (orthographe et calligraphie), le nombre et le calcul. Les fonctions cognitives sont les différentes compétences sous tendues par le cerveau : le langage oral, la motricité, la coordination des gestes et le repérage dans l’espace, le raisonnement, les fonctions attentionnelles et exécutives.

Le terme de difficultés traduit simplement un développement inhabituel sans que l’on ait plus de précision, alors que le terme de troubles est employé lorsqu’un outil validé confirme le déficit de l’apprentissage ou de la fonction cognitive concernée. 

Le neurodéveloppement désigne l’ensemble des mécanismes qui vont guider la façon dont le cerveau se développe, orchestrant les fonctions cérébrales (motrice, langagière, d’intégration sensorielle, etc.). Le neurodéveloppement est un processus dynamique, influencé par des facteurs biologiques, génétiques, socioculturels, affectifs, et environnementaux. Il débute très précocement, dès la période anténatale, pour se poursuivre jusqu’à l’âge adulte. Trois grands groupes de troubles sont décrits sous le terme de neurodéveloppementaux : les troubles des apprentissages et des fonctions cognitives qui sont le sujet du site ARTA, mais aussi les troubles du spectre de l’autisme (TSA) et la déficience intellectuelle.

Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages (TSLA) sont des troubles neurodéveloppementaux qui altèrent,de façon durable et spécifique,le développement d’un apprentissage ou d’une fonction cognitive, ce qui donne toute son importance à une prise en charge de qualité. C’est la définition des classifications internationales. Les TSLA sont classés en catégories selon le type de troubles : du langage, du développement de la coordination, des apprentissages, de l’attention. C’est ce qu’on appelle communément en France les enfants “dys” (dysphasie, dyspraxie, dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, TDA/H)

Les enfants souffrant de troubles spécifiques des apprentissages et des fonctions cognitives présentent des points communs, une grande diversité et des conséquences néfastes évitables. Ces enfants ont en commun le contraste entre le domaine altéré qui les met à mal à l’école et à la maison et les talents conservés dans d’autres domaines qui construiront leur avenir.

Leur diversité est telle que chacun de ces enfants est un individu unique. La nature du domaine altéré rend compte des différents symptômes observés. Leur sévérité est variable d’un enfant à l’autre : tout peut être vu entre les troubles modérés, néanmoins douloureux pour l’enfant s’ils sont méconnus, et les troubles sévères, parfois encore responsables d’enfants non-lecteurs à plus de 10 ans. Enfin, la reconnaissance des enfants souffrant de TSLA afin de mettre en place la prise en charge adéquate, pédagogique et de soins, limite les conséquences néfastes pour un meilleur avenir.

Enfin, la plus grande attention doit aussi être portée sur la perception qu’a l’enfant de son trouble et sur l’environnement dans lequel il vit. Tous ces éléments, qui n’en sont pas la cause, constituent des facteurs aggravants du trouble. 

Défiler vers le haut