Attention et fonctions exécutives

Un monde complexe…

Les termes d’attention et de fonctions exécutives sont devenus de plus en plus fréquents dans le vocabulaire clinique et font l’objet de nombreuses plaintes en consultation. Contrairement à d’autres fonctions comme le langage ou le calcul dont l’expression des difficultés est directe, les manifestations des troubles attentionnels et exécutifs sont plus imprécises (l’enfant n’arrive pas à se concentrer, à s’organiser etc…). L’analyse détaillée de la plainte est loin d’être facile puisqu’il n’existe pas d’activité attentionnelle ou exécutive en soi : ces fonctions appelées ‘transversales’ interviennent lors de toute activité, du moins si elle n’est pas automatique, et jamais isolément.

L’attention comporte plusieurs composantes, définies selon deux axes : l’intensité et la sélectivité. Sur l’axe de l’intensité, l’alerte désigne la capacité à détecter un stimulus alors qu’à l’opposé, l’attention soutenue caractérise la capacité à maintenir son attention de façon prolongée dans des tâches continues (suivre un cours). A un niveau intermédiaire, la vigilance caractérise la capacité à réagir à des stimulations discrètes, peu fréquentes et monotones (le conducteur qui prend une route monotone). Sur l’axe de la sélectivité, l’attention sélective ou focalisée filtre les éléments pertinents parmi le flux d’informations de l’environnement (suivre le cours et non le bavardage des voisins). L’attention divisée, essentielle pour la réalisation simultanée de plusieurs tâches, nécessite de repartir ses ressources attentionnelles en fonction des exigences de chaque activité (écouter et écrire). 

Les fonctions exécutives sont également représentées par différentes fonctions agissant en interaction :

  • mémoire de travail (capacité à maintenir et manipuler mentalement un stock d’informations)
  • contrôle inhibiteur (inhiber une réponse automatique/prépondérante au bénéfice de la réponse pertinente)
  • flexibilité cognitive (souplesse du fonctionnement cognitif, capacité à basculer entre plusieurs règles, points de vue…)
  • et fonctions de plus haut niveau telles que la planification, la résolution de problème et le raisonnement

Les manifestations des troubles attentionnels ou exécutifs peuvent se cantonner au versant cognitif, à explorer à l’aide de tests précis, ou bien s’exprimer dans le comportement. C’est pourquoi on parle de TDA/H ou Trouble de l’Attention avec ou sans Hyperactivité pour illustrer la complexité du domaine. Les troubles attentionnels et leurs conséquences en particulier dans la vie scolaire peuvent être isolés, ou ailleurs s’associer à une hyperactivité (agitation) ou une impulsivité comportementale (difficultés à se contrôler). Il en est de même pour les troubles exécutifs. Ces troubles peuvent se manifester sur un versant cognitif (appeléfroid ou cold en anglais) mis en évidence par les tests analysant les différentes aptitudes décrites ci-dessus. Ils peuvent aussi survenir dans les situations impliquant un aspect affectif (versant appelé chaud ou hot en anglais) qui fait appel à la prise de décision affective, la régulation émotionnelle et la cognition sociale. 

Reconnaître, dépister, diagnostiquer les troubles de l’attention et des fonctions exécutives est loin d’être simple. C’est un domaine où les regards des disciplines doivent être croisés sans simplification à l’extrême. Un point est clair : les conséquences délétères dans la vie scolaire comme familiale. Mais il reste un champ à explorer pour mieux définir la prise en charge adaptée à chaque situation, qu’elle soit médicamenteuse ou associant la diversité des psychothérapies ou remédiations.  

Défiler vers le haut