Chapitre 4. Langage écrit

  • Version
  • Télécharger 3
  • Taille du fichier 1.74 MB
  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 25 mars 2020
  • Dernière mise à jour 14 avril 2020

Chapitre 4. Langage écrit

Les modèles cognitifs et le développement normal de la lecture et de l’orthographe

  • Les modèles cognitifs de lecture et d’orthographe (P. Gillet),
  • L’enfant apprenti lecteur (J. Morais)
  • Morphologie et apprentissage de la lecture (P. Cole, S. Casalis, J.E. Gombert)
  • Les règles et le développement de l’orthographe française (M.Touzin)

Les premiers articles sur les modèles cognitifs du langage écrit et sur l’acquisition de la lecture chez l’enfant montrent bien que le processus d’apprentissage est complexe, faisant intervenir diverses compétences de langage oral, de la conscience phonologique à la morphologie. La maîtrise de l’orthographe, quant à elle, répond à certaines règles tant sur le plan phonétique, que lexical ou grammatical.

L’évaluation neuropsychologique et orthophonique des troubles du langage écrit

Compte tenu de la complexité de la tâche d’apprentissage, les difficultés rencontrées par les enfants sont fréquentes, sans que toutes signent un trouble spécifique. C’est pourquoi il convient de pouvoir analyser les difficultés et les procédures utilisées par les enfants pour pouvoir les aider au mieux.

Le chapitre sur l’évaluation est à lire en tenant compte de l’évolution des outils, avec notamment de nouvelles batteries composites de l’intelligence de Weschler ainsi que des batteries orthophoniques récentes. Mais la démarche décrite dans les études de cas relève de la même réflexion que celle qui serait menée actuellement. Les données psychométriques doivent être complétées par une évaluation plus large, cognitive et pédagogique, pour déterminer les conséquences scolaires des troubles.

Les troubles du langage écrit : les dyslexies-dysorthographies de développement

Les dyslexies-dysorthographies, sont des troubles dits « spécifiques ». Souvent des fonctions cognitives sous jacentes à l’apprentissage du langage écrit leur sont associées dont la conscience phonémique, la mémoire à court terme, la dénomination rapide, le traitement de la parole. Le bilan orthophonique a également évolué de par les outils maintenant disponibles, qui intègrent ces différents aspects, et la démarche hypothético-déductive reste de mise pour permettre une évaluation des différentes hypothèses posées quant aux troubles. Le bilan orthophonique reste le point de départ de la réflexion sur les axes rééducatifs et permet de juger de l’évolution de l’enfant.

La rééducation dépend en effet des facteurs en jeu : le facteur phonologique reste celui qui fait le plus consensus actuellement, mais les recherches ont également été poursuivies sur les aspects visuels et visuo-attentionnels que S. Valdois avait initiées.

La rééducation des dyslexies-dysorthographies

Les articles sur la rééducation traitent des domaines à travailler, ce qui reste valable de nos jours. La profession d’orthophoniste est actuellement en réflexion sur la méthodologie de rééducation du langage écrit, sous l’égide du Collège Français en Orthophonie. Le groupe de travail est constitué de chercheurs et cliniciens. Les publications seront disponibles en 2021, qui permettront de recenser les pratiques les plus étayées scientifiquement pour une meilleure efficacité des rééducations.

Depuis 2004 les outils informatiques ont beaucoup évolué et permettent aux personnes avec un trouble du langage écrit, d’accéder avec plus de facilité à la lecture et surtout à une production écrite lisible. Ces aides informatiques sont également à penser pour faciliter la scolarité des enfants en cours d’apprentissage. Ils ouvrent aussi tout un champ de réflexion sur leur utilisation en rééducation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut