Chapitre 2. Les professionnels et leurs outils

  • Version
  • Télécharger 3
  • Taille du fichier 6.71 MB
  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 25 mars 2020
  • Dernière mise à jour 14 avril 2020

Chapitre 2. Les professionnels et leurs outils

Les professionnels

Le rôle de neuf professions de la santé particulièrement concernées par les troubles des apprentissages est décrit. Les professionnels de l’éducation ne sont pas présentés dans ce livret mais le rôle des enseignants est aujourd’hui reconnu comme intégré dans le parcours de soins des troubles des apprentissages (voir onglet ressources : parcours de soins, recommandations de la HAS, 2018).

Cette partie reste totalement d’actualité même si la mission des professionnels peut avoir évolué dans les 15 dernières années. L’objectif essentiel est de décrire clairement les subtilités de certaines professions : par exemple, les différentes spécificités des psychologues cliniciens ou bien des ergothérapeutes par rapport aux psychomotriciens. Chaque professionnel a sa place en fonction de l’endroit où on se situe (école, ville, centre hospitalier), le type, la gravité et la complexité des difficultés de l’enfant (dysphasies, dyslexies, TDAH ou dyspraxie...) et le regard que l’on porte : trouble cognitif, accompagnement psychique.

Ce n’est pas tant l’étiquette de la profession qui est essentielle (par exemple, pour le rôle de médecin « expert », le fait qu’il soit pédiatre, neuropédiatre, pédopsychiatre ou médecin de rééducation fonctionnelle pédiatrique) mais les connaissances acquises lui permettant de contribuer au diagnostic, de coordonner les évaluations complémentaires, de fournir à la famille les explications indispensables et de tisser les liens avec les différents intervenants.

Les outils de première intention

Chez le jeune enfant, les questionnaires peuvent soutenir l’observation clinique. Ceux décrits dans ce livret restent d’actualité. Mais ils sont aujourd’hui supplantés par l’Inventaire du Développement de l’Enfant (IDE, Duyme M., Capron C., Zorman M., année ?) qui est le questionnaire à privilégier chez l’enfant de 15 mois à 5 ans 11 mois, par la qualité de sa validation, par les renseignements fournis dans les différents domaines de développement (voir ressources, les outils).

Le BSEDS et l’ODEDYS, distribués par cognisciences ont été actualisés respectivement en 2011 et 2009. D’autres outils ont été créés et validés par les mêmes auteurs : l’OUtil de Repérage des Acquis en LECcture des élèves en CP (2013, en collaboration avec l’ARTA), Le Repérage Orthographique Collectif (ROC, 2006), l’Evaluation de La Lecture en Fluence (ELFE, 2009), L’Évaluation de Compétences de Lecture chez l’Adulte de plus de 16 ans (ECLA+16, 2011).

L’ERTLA garde tout son intérêt pour le repérage rapide des troubles du langage à 4 ans.

En revanche, les outils d’évaluation de première intention, permettant un dépistage de chaque fonction cognitive et apprentissage dans une large tranche d’âge comme la BREV ne sont plus d’actualité. Après la BREV, puis l’EDA, la BMT est l’outil de troisième génération, actualisé en fonction des connaissances actuelles et soigneusement validé. Deux versions sont disponibles : la BMT-i est l’outil complet et informatisé, tandis que la la BMT-a est l’outil simplifié destiné au dépistage des troubles des apprentissages par les médecins de premier recours. Privilégiez donc la lecture des articles et diaporamas que vous retrouverez dans les ressources, onglet Les outils.

Enfin les grandes lignes des principes décrits dans outils de l’évaluation psychologique restent valables mais les batteries psychométriques et neuropsychologiques ont évolué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut